Dalloz Formation métiers publics

Agent de la fonction publique : tout au long de votre carrière votre formation continue est notre métier

Dalloz Formation métiers publics
Premium


Formation continue et mise à jour des connaissances : un levier pour l’efficacité professionnelle

L’action sociale est un domaine de la politique territoriale parmi les plus important. En effet c’est une fonction dont l’État s’est, au cours des années, désengagé de plus en plus au profit des collectivités locales. Au delà des problématiques, bien réelles, de financement la question de la compétence professionnelle, et donc de la formation, se pose pour tous les intervenants. Le changement quasi constant, depuis plusieurs décennies, dans la réglementation et une évolution très fréquente de la répartition des compétences des différents acteurs obligent les collectivités mais aussi les associations à avoir un personnel très régulièrement formé. Bien évidemment une formation initiale est nécessaire mais seule une formation continue, même de courte durée, mais régulière, est le gage d’une bonne réponse aux défis des attentes sociales des populations.

La structure des formations « Dalloz Formation Métiers Publics »

Dalloz FMP a pour cœur de métier la formation professionnelle des intervenants des collectivités, et ce au sens large : agents du service public, bien sûr, mais aussi élus et salariés ou permanents d’associations.

La Formation en action sociale en est le domaine historique, avec une répartition par sous domaine.

L’objectif principal est l ‘efficacité, avec donc un parti pris de proposer des formations suffisamment longues pour être efficace, mais d’une durée peu impactante sur l’activité professionnelle des stagiaires. L’ensemble des sessions a été calibré pour durer de 1 jour à une semaine. Le contenu de chaque formation est donc déterminé pour, dans la durée impartie, apporter le bon niveau de connaissances et la meilleure efficacité pour le sujet choisi. Les formateurs sont tous des intervenants spécialistes, dans leur domaine, de l’environnement de la fonction publique et le contenu pédagogique est réévalué et mis à jour plusieurs fois dans l’année en suivant ,à la fois les évolutions réglementaires et les évolutions des pratiques.

 Les différents objectifs de la formation.

L’action sociale se définit d’abord par ses objectifs, généralement on en définit deux, qui se recouvrent sur certains aspects : d’abord la lutte contre la pauvreté et pour l’intégration (ou contre l’exclusion) des populations ensuite les actions en faveur de l’emploi. On voit rapidement les convergences : certains aspects de la lutte contre l’exclusion (formation, éducation, accès à l’information…) favorise l’employabilité et bien évidemment l’accès à un emploi est un facteur déterminant de lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Néanmoins la répartition des compétence de ces deux domaine les différencie :

La politique sociale de lutte contre l’exclusion (pauvreté…), de part les lois de décentralisation (notamment par la loi de décentralisation du 6 janvier 1986), est principalement une compétence départementale, dévolue au conseil général.

L’aide sociale légale, est une obligation faite au conseil général, et qui recouvre l’ensemble des prestations regroupées en trois champs d’application : l’aide aux personnes handicapées ou aux personnes âgées (PSD, etc.), l’aide sociale à l’enfance (ASE) et la protection maternelle et infantile (PMI) ainsi que les différentes actions prévues par le dispositif RSA.Un autre levier d’action, optionnel, est la gestion de tarification particulière (remise, gratuité…) sur les transports publics gérés par le département, notamment à l’attention des populations économiquement fragiles.

Les centres communaux ou intercommunaux d’action sociale (CCAS/CIAS) ont pour mission d’instruire localement les dossiers d’aide sociale légale. De manière optionnelle, ils peuvent aussi gérer une action sociale facultative de proximité (secours ponctuels, portage de repas, etc.). La commune ou l’intercommunalité a aussi des obligations dans le cadre de l’urbanisme et notamment du logement social.

Les actions en faveur de l’emploi sont, elles, traditionnellement du ressort du niveau communal et restent majoritairement optionnelles. Néanmoins ce sont couramment mises en œuvre pour à la fois leur impact sur le bien être social général mais aussi sur la fiscalité et donc les revenus de la collectivité.

L’emploi peut être favorisé, au niveau communal et intercommunal, par les plans locaux pluriannuels pour l’insertion et l’emploi, les politiques d’accueil d’entreprises ou d’accompagnement social, d’orientation, de formation et d’insertion des demandeurs d’emploi. Le conseil régional peut également intervenir par le biais de la formation professionnelle des demandeurs d’emploi et des jeunes de moins de 26 ans rencontrant de grandes difficultés d’insertion professionnelle.

 

 


Dalloz Formation métiers publics

32 votes



Compte Facebook

Compte Twitter

Flux RSS

Compte Google+

Catégorie


Laisser un message - ATTENTION 300 caractères minimum !

Antispam, veuillez répondre à la question SVP